Lors de ses études de composition musicale auprès de Robert Pascal et Michele Tadini, Oscar A s’intéresse à la construction de systèmes en accord avec des concepts de monades qu’il expérimente lors d’improvisations auprès d’Alain Joule. Cependant, son intérêt pour les arts visuels va être déterminant dans son approche de la musique.

Arrière-petit-fils du peintre de montagne Ange Abrate dont les tableaux ornent la maison familiale, il envisage la relation entre représentations picturales et sonorités. Son approche musicale s’oriente désormais vers la recherche du mouvement, des masses et de la matière. Il élabore alors un univers sonore mixte combinant pratique instrumentale et électroacoustique.

L’étude de la programmation lui permet de créer et de tenter des structures génératives, autonomes et complémentaires qui vont progressivement le faire repenser sa posture de compositeur vers celle plus mouvante d’artiste pluridisciplinaire. Il se détourne en effet de la matière sonore et oriente ses recherches vers l’écriture, l’appréhension de l’espace et les dispositifs artistiques multisensoriels.

Il s’intéresse notamment aux écrits de Bastien Gallet sur les installations sonores et au concept « de composition des étendues » ainsi qu’à la théorie d’ « esthétique relationnelle » développée par Nicolas Bouriaud. La composition de « l’expérience esthétique » travaillée par Jean- Marie Schaeffer, nourrit sa réflexion lorsqu’il crée Solitudes en 2016 et tente une écriture dynamique de l’immatériel.

Ces recherches et ces questionnements sont pour Oscar A le point de départ d’une aventure intellectuelle et plastique sur les relations possibles entre l’auditeur / regardeur et les oeuvres notamment par la structuration du temps et l’activité du spectateur. Ainsi, selon lui, le point de vue du récepteur est essentiel à la perception et à la détermination de l’oeuvre.
Oscar A questionne la dynamique des relations, ses installations articulent programmation informatique, composition sonore, objets, espaces et corps en mouvement. Son expérience des nouvelles technologies et des nouveaux médias lui offre un recul postdigital empreint de références à l’univers de la composition contemporaine dont il est issu. Ainsi, s’interroge-t-il sur notre rapport au monde sensible et intime entre réel et virtuel par des procédures d’interrelations et de transferts entre données concrètes et abstraites. Tout en travaillant la mise en tension de différents médiums, il explore leurs spécificités et en propose une analyse réflexive. Ses oeuvres lentement élaborées abordent les enjeux de nos représentations contemporaines à travers des expériences sensibles.

Pour Oscar A l'art est un domaine de recherche et un moyen d’expression qui permet de susciter la curiosité, l’éveil, l’émerveillement, de déplacer nos regards et de modifier notre rapport à ce qui nous entoure.

P. Boucharlat

ABOUT OSCAR A

Oscar A