...

EN

From a performance given daily during the installation Murmures in a street in Saint-Chamond. In this series of photos, the text given to the visitor is erased in order to remain secret and specific to this established link. However, the gesture of monstration seems to say something that the text - pretext did not allow to see.
Through these hands, lives are revealed with a modesty dear to the artist.
"Oscar A writes texts that he gives to the public, inviting them to "recite" them and thus contribute to the elaboration of the work. It is in contact with the visitors that the artist types these words by machine, practicing "free writing". In a direct and spontaneous way, he reacts to the context, that of the place, of the meeting, of his imagination. The writing in situ of these "automatic poems" is a way of living the time of the installation in the encounter with others. A kind of interactive performance, this exchange is an incentive and an activator that indicates to the spectator that the work requires an attentive posture. Oscar A says that he "puts himself at the disposal" of the public, which leads to a certain reciprocity in the exchange. When a visitor chooses to read a text, the artist takes a photograph of it, focusing on the hands and the text held. »
(P. Boucharlat)

-

FR

Issu d’une performance donnée quotidiennement durant l’installation Murmures dans une rue de Saint-Chamond. Dans cette série de photo, le texte donné au visiteur est effacé afin de rester secret et propre à ce lien établi. Pour autant le geste de monstration semble dire quelque chose que le texte - prétexte ne permettait pas de voir.
À travers ces mains ce sont des vies dévoilées avec une pudeur chère à l’artiste.

« Oscar A rédige des textes qu’il remet au public en l’invitant à les « réciter » et ainsi contribuer à l’élaboration de l’oeuvre. C’est au contact des visiteurs que l’artiste tape à la machine ces mots en pratiquant l’« écriture libre ». De manière directe et spontanée, il réagit au contexte, celui du lieu, de la rencontre, de son imaginaire. La rédaction in situ de ces « poèmes automatiques » est une manière d’habiter le temps de l’installation dans la rencontre avec autrui. Sorte de performance interactive, cet échange est une incitation et un activateur qui indique au spectateur que l’oeuvre nécessite une posture attentive. Oscar A dit qu’il « se met à la disposition » du public, cela entraine une certaine réciprocité dans l’échange. Lorsqu’un visiteur choisit de lire un texte, l’artiste le prend en photographie, se concentrant sur les mains et le texte tenu. »

(P. Boucharlat)